Bye bye Rudolph !…

23 décembre 2015

RenneJe ne suis pas une grande fan des trophées et autres animaux morts accrochés au mur mais je trouvais qu’à la saison des fêtes une petite tête de renne rajouterait une jolie touche déco à côté du sapin !… Suggestion d’une amie (http://lapoule.net/tuto-tete-de-renne-de-noel/), l’idée a vite trouvé sa place parmi les autres épingles de Noël (https://fr.pinterest.com/lateliermtl/noel/)

Pour la réalisation, tout est très bien expliqué : vous imprimez le patron, vous reproduisez les différents éléments sur du carton, vous découpez et vous assemblez !

Bon, j’ai fait quelques modifications quand même, à commencer par la taille : j’ai imprimé sur du A4 (format lettre environ), plutôt que sur du A3 (format double lettre environ), pour éviter de me retrouver avec une bête énorme accrochée au mur, mais après coup, je réalise que j’aurais bien aimé le réaliser dans un format un peu plus grand… ensuite j’ai choisi un carton un peu fin (en fait je n’ai trouvé que ça…), j’ai donc dû doubler chaque pièce pour qu’il ait de la présence – un carton de presque 1 centimètre d’épaisseur est parfait ! Et enfin j’ai collé sur le carton une feuille de papier de soie dorée pour qu’il soit dans l’ambiance des fêtes…

La petite difficulté a été de l’accrocher au mur : la ficelle passée à travers le carton n’a pas tenu longtemps… mon trophée est tombé sur les bougies allumées pour la séance-photo : l’existence de mon petit renne (avec nez rouge du coup !) a été courte, il est parti en fumée…

J’ai juste croisé les doigts pour que mes photos soient réussies, je n’avais pas de seconde chance…

Je souhaite une plus longue vie à vos créations !!

DSCF7308

Après une pause imprévue, me revoilà avec un projet (toujours tiré de ma « Pinterestothèque » https://www.pinterest.com/lateliermtl/) que je n’imaginais jamais réalisé ! Les années 70 nous ont donné de beaux souvenirs qui sont devenus vintage, et d’autres qui sont plutôt devenus ringards, kitsch, quétaines… et selon moi, le macramé en fait partie !… Mais voilà, «rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme », le macramé est de retour depuis déjà plusieurs mois… je regardais tout ça, le nez levé bien haut, mais je crois que le pouvoir des images subliminales existe parce que ce support de plantes m’est apparu tout d’un coup évident quand j’ai acheté un fraisier retombant…

e304fc5b9dc1b7573cca54ba8c4d6c0c

Pas de chance, le lien que j’avais épinglé sur Pinterest (https://s-media-cache-ak0.pinimg.com/originals/e3/04/fc/e304fc5b9dc1b7573cca54ba8c4d6c0c.jpg) renvoyait juste à une image, mais en fouillant un peu sur Internet, j’ai trouvé quelques modèles intéressants qui m’ont inspirée !

Produits de base : du fil Trapilho (une sorte de fine bande de jersey) et 8 billes (ou perles, pour parler français de France…) dont le trou doit être assez gros pour y passer 1 fil Trapilho. On peut aussi utiliser de la corde, mais la variété des couleurs de ce fil permet d’atténuer la forte connotation « années 70 » du macramé…

LAtelierboutique 230615LAtelierboutique 2306151LAtelierboutique 2306152

J’ai commencé par découper 6 brins de 3m de Trapilho et un autre de 30cm – ne tirez pas sur le fil quand vous le mesurez, vous risqueriez de vous retrouver avec 1,50m de fil… Je les ai pliés en 2 et formé une boucle en venant nouer le petit bout de 30cm autour des 12 fils. Serrez fort et enroulez les extrémités autour de ce nœud avant de les camoufler dans le « moton »…

Ensuite formez 4 ensembles de 3 brins, faites un nœud à environ 20cm du « moton », enfilez une perle sur le fil du milieu et refaites un nœud pour bien maintenir la perle (on obtient le 1er rang). À environ 15cm, séparez ces 4 ensembles en nouant 2 par 2 les brins et enfilez sur le 3è brin une perle que vous maintenez en formant un nœud en-dessous (on obtient le 2è rang).

LAtelierboutique 2306153LAtelierboutique 2306154

Réunissez 3 brins à environ 15cm en les nouant comme au 1er rang, et renouez les fils 2 par 2 à environ 10cm comme au 2è rang.

La difficulté est de ne pas se perdre dans les fils : vous ne pouvez plus travaillez à plat puisque vous devez « fermer la cage ».

Enfin nouez ensemble les 12 brins pour terminer « l’œuvre », égalisez les brins, placez un crochet dans la boucle et glissez votre petite plante verte : elle prend tout de suite des airs de grandeur !!!

À vous de jouer !

LAtelierboutique 2306155

Dans la looonnngue liste de trucs que les enfants n’arrêtent jamais de faire, il y a… grandir..!

Avec le rangement de printemps de la semaine dernière, j’ai fait du grand ménage – j’ai déplacé tellement de poussière que mon ordinateur s’est mis à éternuer : il a attrapé un gros virus… heureusement le voilà guéri !

a684d3ef2fcc13232e10ef1b1b27ea96Mais une fois les placards triés, les vêtements d’hiver rangés, les vêtements trop petits donnés… il faut remplir à nouveau la penderie !!!!

Alors cette jolie idée de jupe m’a tout de suite tapé dans l’œil (http://www.purlbee.com/2015/04/27/gathered-skirt-for-all-ages/?utm_source=Sailthru&utm_medium=email&utm_term=PS%20Recipients&utm_campaign=2015-04-27:%20Feeling%20Spring%20with%20our%20Free%20Gathered%20Skirt%20Pattern!) : un bout de tissu, un peu d’élastique, et hop, la collection printemps-été de mes filles prendrait forme en 2 temps, 3 mouvements !

Que nenni !!… les explications se sont plutôt avérées « obscures »… OK, c’est en anglais et je n’avais jusqu’ici jamais déchiffré un tutoriel de couture dans la langue de Shakespeare – ahh, on aime la difficulté ou non ! – mais là, ça ressemblait plutôt à « Pourquoi faire simple, quand on peut faire compliqué ? »…

Ça commence par la présentation des modèles… en résumé, le tutoriel propose 3 modèles de jupes : soit les poches sont d’une autre couleur que la jupe, soit les poches sont du même tissu mais taillées dans l’autre sens, soit le tissu des poches est taillé dans le biais. Une fois le modèle choisi, vous pouvez déterminer la quantité de tissu nécessaire : les dimensions en pouce et en verge peuvent faire peur, mais en gros un coupon de 1,50 sur 1,40 cm est largement suffisant. Prévoyez également une longueur d’élastique et une bobine de fil et vous voilà paré !

Première étape, on découpe les différentes pièces dans le tissu. Il n’est précisé nulle part (!) si les mesures incluent les marges de couture, j’ai donc ajouté 1 cm sur les bords. Vu que les morceaux sont bien droits, j’y suis allée direct dans le tissu ! Et plutôt que d’essayer de faire de jolies photos de tissu, je me suis dit que des croquis seraient plus pertinents pour rendre les explications plus accessibles.

Vous vous retrouvez donc avec 7 morceaux : 1 pan avant (1a), 1 arrière (1b), 2 côtés (2a et 2b), 2 poches (3a et 3b) et 1 ceinture (4).

LAtelierboutique 2705156LAtelierboutique 2705157

Deuxième étape : coudre la ceinture pour former un anneau (écraser la couture au fer à repasser), puis marquer au crayon le milieu des 2 pans et des 2 côtés, et l’avant, l’arrière et les côtés de la ceinture (comme sur le 1er croquis). Ça permettra de s’y retrouver au moment du montage.

Ensuite, coudre les côtés avec les poches correspondantes (écraser la couture au fer à repasser), et plier l’ensemble pour que la hauteur soit égale à la largeur du pan avant (là, le croquis est très utile pour visualiser !!). Assurez-vous d’être toujours dans le bon sens du tissu, histoire de ne pas se retrouver à coudre un recto avec un verso (on voit le recto sur le dessin).

Assembler ces 2 morceaux : vous obtenez un grand anneau avec des poches !! Pour un fini plus propre, j’ai surfilé chaque couture, histoire de ne pas avoir des petits bouts de fil partout…

ILAtelierboutique 2705152l faut ensuite faufiler au point de bâti les 4 pans sur 2 niveaux pour réaliser les fronces (le faire en 4 fois aide vraiment à mieux froncer le tissu !!). Déterminez la longueur nécessaire pour chaque pan en fonction de la taille de votre jupe à partir du tableau (désolé, il va falloir utiliser un convertisseur si vous voulez les longueurs en cm…) et fixer la longueur de chaque pan : nouez une des extrémités de fil, mesurez votre longueur et nouez à l’autre extrémité.

Là, vous n’êtes pas loin de la fin, ça prend forme ! Repliez les bords de la ceinture et fixez-les au fer à repasser. Faites ensuite coïncider les petites marques des milieux (c’est maintenant que c’est très utile !!) pour assembler la jupe avec la ceinture, cousez un premier côté de la ceinture en suivant le pli formé au fer à repasser, puis cousez le deuxième en laissant 2-3 cm à la fin pour glisser l’élastique à l’intérieur. Il reste juste à fermer avec un point invisible.

LAtelierboutique 2705153LAtelierboutique 2705154

Le rendu est vraiment sympa, je prévoirai juste une ceinture plus large pour le prochain modèle – 3 pouces, je trouve ça un peu juste pour l’équilibre de l’ensemble, même en ajoutant la marge de couture.

La collection est lancée : à vous de jouer !

LAtelierboutique 2705155

Qui dit déménagement, dit boîtes, emballage, déballage, mais surtout PAPIER D’EMBALLAGE !

LAtelierboutique 1205159On s’est retrouvé avec une quantité incroyable de feuilles en déballant nos cartons, mais bon, j’étais incapable de les jeter : trop de matière première au potentiel incroyable…  à découvrir !… j’ai donc consciencieusement défroissé chaque feuille de papier qui protégeait la vaisselle, les bibelots, les cadres, pour les conserver jusqu’à ce que je leur trouve une utilité…parce que je SAVAIS que je trouverai un jour quelque chose à faire avec !

Nous voilà maintenant à la belle saison : beaux jours chantants riment avec ménage de printemps, c’est donc l’occasion de faire le vide ou, si, comme moi, on a du mal à jeter (hum hum… ), l’occasion de ranger !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et cette idée de corbeille en papier tombe pile (http://www.designsponge.com/2012/01/sewing-101-recycled-paper-basket.html) : parfaite exploitation de ma montagne de papier ! Cette idée était dans ma banque d’inspiration (https://www.pinterest.com/lateliermtl/) depuis pas mal de temps, il fallait juste que la pulsion du rangement explose !!

Bon, là encore, j’ai mal évalué le temps… surtout qu’une seule corbeille ne me suffisait pas !… J’ai décidé d’en faire 2, ça prend donc 2 fois plus de temps…

Niveau difficulté, c’est assez simple, mais il faut une bonne machine à coudre et beaucoup d’adresse parce que ce bricolage vous donne l’occasion de pratiquer la couture en lignes droites bien bien parallèles !!

Pour une corbeille de – environ…- 23 cm de côté et de 16 cm de haut, j’ai utilisé 11 bandes de papier de 5 cm de large (repliées 11 fois sur elles-mêmes). Mes feuilles faisaient 60 x 84 cm de côté, mais j’ai dû allonger les 3 bandes utilisées sur la hauteur d’une bonne vingtaine de cm parce qu’elles étaient trop courtes pour faire le tour de la corbeille (mauvaise surprise de bricolage…).

Les étapes sont très bien expliquées sur le lien et les photos sont très réussies (soupir…) donc je ne me voyais pas réinventer la roue, mais j’ai quand même fait quelques petites variantes, à commencer par le pliage des bandes : pour éviter de voir les bords disgracieux du papier en fin de pliage, j’ai plié une fois l’extrémité pour la cacher au moment de refermer le papier sur lui-même – hum… pas sûre d’être claire… une photo vaut mille mots :

LAtelierboutique 1205151LAtelierboutique 1205152

Une fois les 11 bandes cousues, on tisse 8 bandes 4 par 4, en s’assurant d’être bien centré – attention aussi au sens du papier, la couture est peut-être moins belle sur l’envers -, et on commence à monter la corbeille avec la première bande rallongée. Dans le lien, ils utilisent de la colle chaude pour fixer les bandes : moi, j’ai préféré utiliser de la colle toute simple (Scotch, UHU, Lepage, whatever !), c’est moins dégoulinant !

LAtelierboutique 1205153LAtelierboutique 1205154

N’oubliez pas votre petit stock de trombones, c’est bien utile pour maintenir le tout en place en attendant que la colle prenne.

LAtelierboutique 1205155LAtelierboutique 1205156

LAtelierbtouque 1205157Pour la finition, vous avez juste à replier les bandes à l’intérieur de la corbeille, soit en camouflant les extrémités dans une bande, soit en collant et repliant l’extrémité après l’avoir raccourcie de quelques centimètres. Les pinces à linge m’ont aussi bien rendu service !!!

Je ne sais pas si un plus grand format serait toujours aussi solide, ça me tente bien d’essayer !

À vous de jouer !

LAtelierboutique 1205158

À croquer !

30 avril 2015

Pause gourmande pendant les vacances de Pâques (hé oui, encore en vacances…) avec ce coussin biscuit LU, petite madeleine de Proust !

136707J’ai été un peu opportuniste, sur ce coup-là : depuis que ma plus grande a reçu une machine à coudre à Noël, elle a pris l’habitude d’offrir à ses amies un coussin pour leur anniversaire. Après plusieurs créations de coussins carrés, l’envie de formes différentes est apparue: j’ai donc profité de l’occasion pour en faire un sujet !… On est allée fouiller du côté de mon inépuisable source d’inspiration (https://www.pinterest.com/lateliermtl/) et on a trouvé cette jolie idée

http://loves.anothermag.com/12012/biscuit-cushion

Pas de chance, le lien ne renvoie pas un tutoriel : pas de panique, on a improvisé !

Pour commencer, on a cherché une image et dessiné un petit croquis, on a ensuite trouvé un beau tissu en laine couleur « pâte à biscuit cuite », découpé 2 rectangles de 38 x 45 cm de côtés (incluant la marge de couture d’1 cm), arrondi les angles avec un couvercle, et Anna s’est lancée avec sa petite machine à coudre pour assembler les 2 faces du coussin – en ne cousant que 3 côtés !…

LAtelierboutique 2804151LAtelierboutique 2804152

Pour le remplissage, petite difficulté : il faut trouver la bonne épaisseur pour donner du gonflant au biscuit, parce qu’on va le « matelasser » pour faire sortir tous ces petits points, mais pas trop parce que le biscuit n’est pas un « Jos Louis »… J’ai utilisé du molleton de 20 mm d’épaisseur, que j’ai superposé pour obtenir une épaisseur totale d’environ 10 cm. Et puis en pensant bien faire, j’avais arrondi les angles pour suivre la forme du tissu mais ce n’était pas une bonne idée : les coins étaient trop mous pour avoir un beau gonflant une fois « matelassé ». Donc pas besoin d’arrondir le molleton !

Ensuite on ferme le 4ème côté avec un point invisible, histoire de ne pas gâcher le rendu !

LAtelierboutique 2804153Latelierboutique 2804154

Dernière étape : le matelassage. J’ai d’abord marqué au crayon sur le tissu des repères  pour savoir où piquer mon aiguille (c’est à faire sur les 2 faces pour être sûr d’être bien aligné !!!) : j’ai commencé par les points centraux, à 11 cm des bords et espacés chacun de 7 cm. Ça me donne 4 points sur le grand coté, 3 sur le petit – il y en a moins que sur un vrai biscuit mais on s’adapte ! Les autres points sont à 8 cm des bords, espacés de 3 cm (sauf pour les angles ou j’ai réduit l’écart à 2,5 cm pour que les fils ne se touchent pas dans l’angle).

J’ai ensuite choisi un fil plus foncé que la couleur du tissu – après avoir choisi un fil plus clair… mais l’effet était raté : le foncé accentue beaucoup plus l’effet de « creux » des bords du biscuit. Ne vous lancez pas avec un kit de couture de voyage, vous risquez de manquer de fil, ça en consomme pas mal !

LAtelierboutique 2804155LAtelierboutique 2804156

Pas besoin de serrer trop fort, pour ne pas créer de plis sur les bords, juste assez pour donner du gonflant (à refaire, je mettrais une couche supplémentaire de molleton sur les bords pour avoir un effet plus bombé, comme au centre du biscuit).

Au final, la réalisation a été plus complexe que prévu : même si l’effet est réussi, on va chercher avec Anna un autre modèle plus accessible pour elle !…

À vous de jouer !

LAtelierboutique 2804157

Ce petit bricolage n’était pas mon idée première pour ce nouvel article mais je l’ai joué opportuniste avec les fêtes de Pâques !!

Depuis plusieurs semaines, j’ai collecté beaucoup de projets « en ciment » (https://fr.pinterest.com/lateliermtl/) et avec le printemps qui s’installe tranquillement – amis québécois, gardez espoir, un jour les arbres vont verdir et les fleurs s’épanouir !! – je me suis dit que j’allais me fabriquer des jardinières !

Étant donné que je suis en pleins travaux de réno, j’avais du mortier en masse, il ne me manquait que les moules : pour faire simple, j’ai choisi 2 pots de fleurs en plastique, préparé mon ciment et réalisé que ça n’allait pas être aussi simple que ça… en fait mon mortier était beaucoup trop granuleux, pas du tout adapté à de jolies finitions lisses… j’ai quand même tenté le coup, mais je ne publierai aucune photo, trop affligeant…

J’ai donc pris une petite passoire et commencé à tamiser – je ne lâche pas facilement ! J’en ai aussi profité pour chercher sur Internet et comprendre qu’il y avait des ciments plus adaptés pour ce type de bricolage : ça fera donc l’objet d’un prochain article !!

DSC_3162Je n’ai pas voulu gâcher ma petite préparation, alors, comme je cuisinais en même temps, j’ai cassé précautionneusement mes oeufs pour les garder comme moules, sur une idée trouvée sur Pinterest (http://camillestyles.com/easter/diy-cement-easter-eggs/) : j’étais en plein dans la thématique pascale du moment !!

Et comme il m’en restait, j’ai découpé dans du carton un petit moule rapide pour faire des cubes. J’avais un peu forcé sur l’eau dans mon mélange, le temps de séchage s’en est ressenti (24 bonnes heures, pas moins !…) : avec un ciment plus fin, j’aurai la main un peu plus légère sur l’eau !

LAtelierboutique 0604151LAtelierboutique 0604152

LAtelierboutique 0604153LAtelierboutique 0604154

Bruts de décoffrage, la couleur des oeufs n’est pas folichonne… un peu trop « matériau de construction », pas assez « objet de décoration »… alors comme j’avais encore de la bombe dorée (!), je les ai aspergés ! Même chose pour mes jolis petits cubes qui seront bien utiles pour maintenir les pages de magazines jours de grand vent d’autan !!!

À vous de jouer !

LAtelierboutique 0604155LAtelierboutique 0604156

Semaine bousculée… ou plutôt semaineS bousculéeS… mais les travaux d’aménagement de notre nouvelle maison avancent (oui oui, quand même…) et de nouvelles envies apparaissent ! Vous aurez certainement remarqué que je choisissais mes idées de bricolage en fonction de mes besoins. Et comme je viens de terminer les toilettes (!), il me fallait un miroir, mais quelque chose de théâtral – on est dans les toilettes,. non ?!!

Original_Janell-Beals-Sunburst-Mirror-Beauty-2_s3x4.jpg.rend.hgtvcom.616.822J’ai retrouvé dans ma collection d’épingles (https://www.pinterest.com/lateliermtl/) cette idée, flamboyante par sa forme, mais un peu trop blanche à mon goût (http://www.hgtv.com/design/rooms/living-and-dining-rooms/create-a-sunburst-mirror), alors j’ai choisi de peindre ce miroir en doré !

Pour une fois, les étapes sont très claires, pas besoin d’en rajouter ! Quoique la recherche d’un miroir s’est avéré plus compliquée que prévu… je me suis donc rabattue sur un miroir plat que j’ai collé sur du contreplaqué préalablement découpé en rond (d’un diamètre un peu plus large). J’ai acheté mes brindilles chez Ikea, rayon déco et jardinage, et j’avais déjà une petite bombe de peinture dorée.

LAtelierboutique 3003151LAtelierboutique 3003152

Aucune difficulté pour découper les branches en 4 longueurs différentes – j’étais partie sur 150 mais j’en ai utilisé environ 180 (ça dépend beaucoup de leur taille !!)

L’idée du scotch en croix, c’est astucieux : la disposition des brindilles par étapes est beaucoup plus équilibrée. Et pour m’assurer que tout collerait bien, j’ai déposé un grand plateau sur le miroir avec du poids dessus pour que tout sèche bien à plat.

LAtelierboutique 3003153LAtelierboutique 3003154

Pas besoin de passer une sous-couche ici, le bois était déjà prépeint. Mais pensez à bien recouvrir de papier la surface du miroir pour économiser votre temps en grattage par la suite !!…

LAtelierboutique 3003155LAtelierboutique 3003156

Toutes ces étapes sont plutôt simples, mais demandent du temps, à commencer par le temps de séchage, incompressible… ce qui explique le retard de l’article… j’ai une réelle tendance à sous-estimer toutes ces étapes…

J’ai aussi sous-estimé la quantité de peinture nécessaire… obligée de retourner au magasin… choisissez dès le départ une bombe d’au moins 400ml !!!

Le petit truc de fixer l’attache en arrière du miroir avant même de coller les brindilles n’est pas à négliger : vous vous épargnerez pas mal de souci par la suite… surtout qu’une fois que tout est en place, manipuler l’objet devient aventureux…

Mais dès l’accrochage, l’effet est super, très Grand Siècle, très Roi-Soleil ! Les toilettes méritaient ça !!

À vous de jouer !

LAtelierboutique 3003157LAtelierboutique 3003158

%d blogueurs aiment cette page :